Biomasse à Rouen, de quoi parle-t-on ?

Lorsque l’on parle de biomasse à Rouen, nous intégrons en réalité toute la partie biodégradable des produits naturels, des déchets et des résidus en provenance des exploitations agricoles qui comprennent les substances végétales ainsi que la production de déchets industriels et ménagers pour ce qui concerne leur fraction biodégradable. Les sources principales de biomasse sont disponibles naturellement ou volontairement produite par l’activité humaine :
  • L’agriculture, l’horticulture.
  • Les espaces forestiers naturels, les parcs et jardins, les haies et déchets verts des particuliers.
  • Les milieux marins et aquatiques (bois flotté …).
  • L’industrie du bois pour ce qu’elle génère de produits usagés.
  • Les stations d’épuration ou élevages animaliers.
  • Les industries agro-alimentaires.

Quelles utilisations pour la biomasse ?

-Paillage végétal : En paillage on parle aussi de mulch, le broyat est étendu en couche de 5 à 10cm au pied des massifs, arbres, jardinières. -Paillage litière animale : Le bois déchiqueté peut également servir en remplacement/complément des apports de paille pour la réalisation d’une litière en stabulations. En apportant 2/3 de plaquettes pour 1/3 de paille, le bois a alors un effet plus important sur la rétention des effluents et limite les besoins de curage. L’apport de bois permet, par ailleurs, d’apporter un complément de carbone pour le compostage de cette litière. -Chaufferies industrielles et/ou collectives : L’approvisionnement est essentiellement composé de plaquettes issues de broyats (bois forestiers, résidus agricole, connexes de scieries ou produits bois en fin de vie), broyats de résidus agricoles (pailles, coques de tournesol…) et résidus industriels (liqueurs noires…). Il est essentiel de caractériser les qualités techniques du combustible dans le contrat d’approvisionnement en s’appuyant par exemple sur la classification professionnelle des combustibles bois déchiquetés élaborée par le CIBE.